L’équipe de l’étude salue de chez elle

Une contribution de S. S.

La crise du Covid 19 pose de nombreux défis aux individus, aux familles et aux entreprises. Le projet de recherche SELODY et son équipe d’étude sont également touchés par cette situation. Nos employées ont cherché des solutions pour poursuivre le projet dans les délais prévus.

Depuis mi-mars, l’équipe chargée de l’étude à l’Université de Zurich travaille au domicile et nous, les employées, ne sommes plus en contact personnel, mais par vidéo, téléphone ou chat. Notre chance est que les visites à domicile des couples qui ont participé à l’étude approfondie en allemand ont été effectuées avant la fermeture des espaces publics. Nos collègues de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, qui font des visites à domicile aux couples francophones, ont eu un peu moins de chance. Ils ont encore quelques visites à domicile en attente, qui seront effectuées à une date ultérieure. Le temps ainsi libéré est maintenant utilisé pour procéder à une première évaluation des entretiens menés jusqu’à présent. La flexibilité est exigée de nous tous pendant la crise, et vous en avez certainement fait l’expérience vous-même !

Retour à l’équipe de Zurich : depuis le verrouillage, nous préparons la deuxième enquête, qui commencera très prochainement en français.

Bien sûr, il faut s’habituer au fait que la collègue n’est plus assise dans le bureau d’à côté, mais appelle à des réunions par chat vidéo. Le fait que l’ensemble de l’enseignement des étudiants devait également être converti aux formats numériques en même temps n’a pas vraiment facilité la situation. Il était important que nous nous mettions d’accord au sein de l’équipe sur les informations, les questions ou les tâches qui devaient être communiquées, par quel canal et dans quels délais. Après une courte période d’adaptation, nos postes de travail sont maintenant installés dans nos quatre murs et nous sommes ravies de constater que cela fonctionne bien.

Pour la deuxième enquête, nous avons préparé à l’avance des lettres en série et des étiquettes d’adresse afin de passer le moins de temps possible au bureau. Nous avons discuté d’idées pour améliorer les processus afin qu’ils puissent se dérouler plus facilement et, si possible, sans contact physique. Les entretiens téléphoniques prévus, qui jusqu’à présent ont été menés avec le téléphone d’étude dans les locaux de l’université, nécessitent une autre option. En collaboration avec les enquêteurs, une solution a rapidement été trouvée qui permettra certainement de mener à bien les entretiens.

Nous vous souhaitons, à vous et à vos familles, beaucoup de force pour cette situation extraordinaire et surtout une bonne santé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.