Cinq questions à la codirectrice des études Isabella Bertschi

Nina Arisci était en conversation avec Isabella Bertschi

Isabella Bertschi travaille comme doctorante à la chaire du Prof. Bodenmann et dirige l’étude SELODY avec Christina Breitenstein.

Isabella, l’étude SELODY est en cours depuis plus de 2 ans si l’on prend en compte la préparation, le premier tour de l’enquête, les visites à domicile avec des couples germanophones, les entretiens avec des couples francophones et maintenant le début du second tour de l’enquête. Quelle est votre conclusion après ce délai et que souhaitez-vous pour la dernière phase ?

Ma conclusion est très positive. Même après deux années, je suis toujours étonné chaque jour de l’engagement de tous les côtés pour SELODY: les couples participants prennent le temps de répondre consciencieusement à nos questions, l’UCBA s’efforce de faire connaître encore et encore les sujets de SELODY – parmi les personnes concernées, en politique, dans les médias – et les équipes de Zurich et de Lausanne travaillent de manière intensive et très concentrée pour rendre la participation aussi fluide que possible pour les couples et pour tirer des enseignements intéressants de nos études. Mon souhait pour la phase finale est donc que cet engagement continue, que nous continuions à travailler ensemble de manière constructive et que finalement notre recherche puisse contribuer à un soutien  optimal du couple si un partenaire souffre d’une déficience visuelle.

Pourquoi y a-t-il en fait deux séries d’enquêtes et deux études plus approfondies, l’une avec des visites à domicile et l’autre avec des entretiens ? Un seul tour d’enquête ne suffirait-il pas à générer des résultats d’étude bons et utiles ?

Nous entendons souvent cette question et elle est très compréhensible. SELODY comprend en fait de nombreuses parties et nos couples participants y consacrent beaucoup d’efforts. Les différentes parties examinent chacune un aspect de la question principale qui nous intéresse : quelle influence la déficience visuelle d’un partenaire a-t-elle sur le couple ? Les relations de couple  étant très complexes, cette question peut être envisagée sous des angles très différents. Par conséquent, en plus de l’enquête principale, il existe deux études approfondies en allemand et en français. Malheureusement, au moment actuel, je ne peux pas encore révéler plus de détails sur nos hypothèses, car cela pourrait influencer les couples qui n’ont pas encore terminé le deuxième tour de l’enquête. Après le deuxième tour de l’enquête, les couples reçoivent un exposé plus détaillé de ce que nous avons examiné et des hypothèses que nous avons faites. Les deux tours sont importants car nous sommes bien sûr également intéressés à savoir s’il y a des changements dans la relationship de couple avec le temps. Nous ne pouvons y répondre que si nous posons les mêmes questions plusieurs fois. Les couples recevront également des informations plus détaillées à ce sujet après la fin de la deuxième année de SELODY.

Certains aspects de l’étude – par exemple le multilinguisme de l’étude ou les différents types de participation (interview par téléphone, questionnaire en ligne ou questionnaire papier) – sont associés à beaucoup d’efforts. Pourquoi ladirection de l’étude a-t-elle décidé de faire cela de toute façon ?

Oui c’est vrai. SELODY nécessite certainement plus de coordination à certains moments que, par exemple, une enquête monolingue en ligne. Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles nous n’avons pas choisi «la voie de la moindre résistance ». D’une part, c’est une préoccupation de l’UCBA de prendre en compte et de représenter les intérêts des personnes malvoyantes dans toute la Suisse. Cela ne peut être réalisé que si nous permettons à tous les couples concernés de répondre à nos questions – et il est préférable de le faire dans leur propre langue. Ensuite, bien sûr, il est également crucial que beaucoup de nos participants aient une vision limitée et puissent donc traiter des questionnaires qui nécessitent une acuité visuelle à différents degrés. L’affinité technique n’est pas non plus la même pour tous les participants. Nous voulions offrir autant d’options que possible pour participer, afin qu’aucun couple ne décide de ne pas participer parce que cela leur semblait trop difficile. La responsabilité de concevoir SELODY de manière à ce que le plus grand nombre de couples possible puissent participer indépendamment des éventuelles difficultés  nous incombe en tant que chercheurs ! Ce n’est pas aux couples de s’adapter à nous.

Un nombre incroyable de couples de différents pays – de Suisse, d’Autriche, de France, d’Allemagne et même d’Espagne – se sont inscrits pour participer à l’étude. Pourquoi pensez-vous qu’il y a tant d’intérêt à soutenir notre étude ?

Oui, l’intérêt de participer à SELODY était en fait très élevé. Cela était une expérience très agréable car nous, comme chercheuses et chercheurs, sommes plus habitué-e-s au fait qu’il faut beaucoup de persuasion pour motiver quelqu’un à participer à des sondages pour une étude.

Un facteur important était certainement que l’UCBA a soutenu le recrutement très activement. De cette manière, SELODY a pu s’appuyer sur les nombreux contacts et réseaux existants que l’UCBA  entretient depuis des années. La constitution d’un groupe de personnes qui soutiennent clairement la recherche du couple dans le contexte d’une déficience visuelle a montré que le sujet est non seulement considéré comme important par une « université étrangère et éloignée », mais aussi considéré comme très pertinent par les personnes concernées. En fin de compte, cependant, je pense que le plus important est qu’un grand nombre de couples partagent notre point de vue selon lequel non seulement une personne est affectée par une déficience visuelle, mais aussi les personnes de l’environnement social immédiat, en particulier la ou le partenaire. Je comprends donc le grand intérêt suscité par la participation comme une invitation à faire de notre mieux avec les ressources de la recherche  pour diffuser davantage ce point de vue.

Y a-t-il des procédures ou des résultats que la direction de l’étude retiendra de cette étude et intégrera également dans d’autres études ?

Nous apprenons de nouvelles choses à chaque étude ! Les questions soulevées dans cet entretien ont probablement été particulièrement utiles : comment pouvons-nous nous assurer que les gens peuvent participer à nos recherches ? Qu’est-ce qui motive les gens à participer à nos recherches et comment pouvons-nous promouvoir cela ? Comment expliquer aux gens ce que nous faisons exactement et pourquoi ? Les réponses à de telles questions dans le cadre de SELODY nous aident à aligner au mieux le contenu de nos recherches et la conduite de nos recherches, ce qui en fin de compte apporte un avantage aux participants et aux autres parties intéressées.

Merci beaucoup !

Les enquêtes se poursuivront jusqu‘àfin de 2020 avant d’être ensuite analysées . D’ici là, nous vous tiendrons au courant de nos articles de blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.