Documentation avec description audio: Blindflug

Une contribution de S.S.

« Dans cette ville, c’est peut-être un avantage de ne rien voir. Nous traitons tous les gens de manière égale et impartiale parce que nous ne regardons pas leur religion ».

Ils sont courageux, humoristiques, passionnés de voyages – et l’un est aveugle, l’autre a une grave déficience visuelle : il y a deux ans, les amis Yves Kilchör et Jonas Pauchard se sont rendus à Athènes, Berlin et Jérusalem. Les deux voyagent sans compagnon de route et découvrent le monde grâce à des aides techniques et des personnes qui les aident spontanément en cours de route.

SRF Dok a créé une série sur ces voyages appelée « Blindflug » (“Vol en Aveugle”). Dans un programme spécial, qui est également disponible avec une description audio, les deux se souviennent des moments les plus formateurs de ses voyages.

Comment mener une étude multilingue ?

Une contribution de Nina Arisci

Le multilinguisme de la Suisse est un aspect précieux de notre société dont on peut difficilement se passer. Selon l’Office fédéral de la statistique (2020), en 2018, 62% de la population suisse aura l’allemand ou le suisse allemand comme langue principale, suivi du français avec 23%, de l’italien avec 8% et du romanche avec 0,5%. Outre ces quatre langues officielles, de nombreuses autres langues sont également parlées, notamment la langue des signes suisse-allemande, la Langue des Signes Française et la Lingua Italiana dei Segni.

L’objectif principal de l’étude SELODY était de mettre les résultats de l’étude à la disposition du plus grand nombre possible de personnes en Suisse et dans le monde. Pour garantir cela, nous avons naturellement dû veiller à ce que le plus grand nombre possible de ces personnes soient représentées en tant que participant-e-s. C’est pourquoi, depuis le début de l’étude, nous avons mis nos documents à disposition dans différentes langues. Plus précisément, nous avons distribué les informations en allemand, français, italien, en langue des signes suisse-allemande et en langue des signes française lors de l’annonce de l’étude. Les questionnaires de l’étude principale actuelle peuvent être remplis en allemand, en français et en italien. Nous avons également proposé les services d’interprètes en langue des signes pour cette étude. Grâce à la grande diversité linguistique, nous avons pu attirer des participants d’Allemagne, d’Autriche et de France au-delà des frontières nationales.

Nous devons donc bien sûr tenir compte de certains éléments pendant l’étude pour que tout se passe bien. Par exemple, tous les membres de l’équipe SELODY parlent couramment au moins deux langues. Nous avons toutefois confié la traduction des questionnaires de l’enquête principale à des professionnels – de cette manière, nous pouvons garantir que les questions portant sur des sujets abstraits tels que les relations ou la santé sont traduites de manière appropriée. Ceux-ci ne sont pas nécessairement désignés et décrits de la même manière dans les différentes langues et cultures, de sorte que le soutien des équipes de traduction professionnelles a été très précieux.

Mais même au sein d’une même langue, nous avons parfois dû utiliser des termes différents. L’aide de l’État en cas d’incapacité de travail pour raisons de santé en est un exemple. Ce que l’on appelle en Suisse l’assurance-invalidité, ou AI en abrégé, porte des noms différents en Allemagne et en Autriche et ne fonctionne pas de la même manière. Nous devions comprendre cela correctement sur le plan linguistique et politique. Nous avons donc dû faire preuve de prudence tout au long du processus et nous sommes donc très heureuses de pouvoir compter sur le soutien d’experts en langues. Avec l’UCBA , par exemple, nous avons élaboré un document dans lequel tous les termes les plus importants et leurs désignations correspondantes sont indiqués dans les différentes langues. Nous avons décrit certains d’entre eux dans ce billet de blog.

Nous sommes convaincues que l’effort de mener cette étude en plusieurs langues en vaut la peine ! La discussiont linguistique est enrichissante pour nous et nous sommes heureuses que nos participant-e-s soient représenté-e-s de tant de manières différentes. Cela nous permet de faire connaître les résultats de notre étude au plus grand nombre de personnes!

L’équipe de l’étude salue de chez elle

Une contribution de S. S.

La crise du Covid 19 pose de nombreux défis aux individus, aux familles et aux entreprises. Le projet de recherche SELODY et son équipe d’étude sont également touchés par cette situation. Nos employées ont cherché des solutions pour poursuivre le projet dans les délais prévus.

Depuis mi-mars, l’équipe chargée de l’étude à l’Université de Zurich travaille au domicile et nous, les employées, ne sommes plus en contact personnel, mais par vidéo, téléphone ou chat. Notre chance est que les visites à domicile des couples qui ont participé à l’étude approfondie en allemand ont été effectuées avant la fermeture des espaces publics. Nos collègues de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, qui font des visites à domicile aux couples francophones, ont eu un peu moins de chance. Ils ont encore quelques visites à domicile en attente, qui seront effectuées à une date ultérieure. Le temps ainsi libéré est maintenant utilisé pour procéder à une première évaluation des entretiens menés jusqu’à présent. La flexibilité est exigée de nous tous pendant la crise, et vous en avez certainement fait l’expérience vous-même !

Retour à l’équipe de Zurich : depuis le verrouillage, nous préparons la deuxième enquête, qui commencera très prochainement en français.

Bien sûr, il faut s’habituer au fait que la collègue n’est plus assise dans le bureau d’à côté, mais appelle à des réunions par chat vidéo. Le fait que l’ensemble de l’enseignement des étudiants devait également être converti aux formats numériques en même temps n’a pas vraiment facilité la situation. Il était important que nous nous mettions d’accord au sein de l’équipe sur les informations, les questions ou les tâches qui devaient être communiquées, par quel canal et dans quels délais. Après une courte période d’adaptation, nos postes de travail sont maintenant installés dans nos quatre murs et nous sommes ravies de constater que cela fonctionne bien.

Pour la deuxième enquête, nous avons préparé à l’avance des lettres en série et des étiquettes d’adresse afin de passer le moins de temps possible au bureau. Nous avons discuté d’idées pour améliorer les processus afin qu’ils puissent se dérouler plus facilement et, si possible, sans contact physique. Les entretiens téléphoniques prévus, qui jusqu’à présent ont été menés avec le téléphone d’étude dans les locaux de l’université, nécessitent une autre option. En collaboration avec les enquêteurs, une solution a rapidement été trouvée qui permettra certainement de mener à bien les entretiens.

Nous vous souhaitons, à vous et à vos familles, beaucoup de force pour cette situation extraordinaire et surtout une bonne santé !

Qu’est-ce qu’une déficience visuelle ?

Une contribution de Nina Arisci

Pour beaucoup d’entre nous, la perception visuelle de notre environnement est considérée comme allant de soi – à tel point que nous ne remarquons parfois même pas combien de fois nous utilisons notre sens de la vue pour accomplir une grande variété de tâches. Faire du vélo ou lire un livre est une chose à laquelle on pense rapidement, mais comment faire la différence entre le billet de 10 et le billet de 100 lors du paiement d’un achat et comment savoir sans mots si notre interlocuteur nous trouve sympathiques ou horribles ? Il est difficile d’imaginer que nous ne pourrions jamais utiliser notre sens de la vue à aucun moment. Par ailleurs, une déficience visuelle a des causes, des formes, des effets divers…  

Afin d’illustrer tout cela, SZBLIND a réalisé le court métrage « Entre voir et ne pas voir », qui montre quelques-unes des différentes facettes d’une déficience visuelle à travers des descriptions de personnes ayant une déficience visuelle et des simulations :

Mais si tout est si complexe, comment peut-on parler de déficience visuelle ? Y a-t-il des termes qui rendent justice à cette diversité ? Eh bien, il est difficile, voire impossible, de trouver la solution idéale. Mais il est d’autant plus important que nous en parlions. Bien sûr, nous l’avons fait dans le cadre du projet SELODY. Les termes que nous utilisons sont conformes aux recommandations du modèle de la CIF et de diverses institutions telles que SZBLIND : nous disons « personnes malvoyantes » lorsque nous parlons du point de vue médical, c’est-à-dire lorsque nous parlons de la déficience du sens de la vue. Mais nous utilisons beaucoup plus souvent le terme « personnes ayant une déficience visuelle », qui inclut la cécité. Il s’agit d’une perspective sociale, où le point de vue est qu’une personne est handicapée par l’environnement si celui-ci n’est pas adapté à la déficience visuelle. Ce serait le cas, par exemple, si les billets de banque ne différaient les uns des autres que visuellement, plutôt que de manière tactile. Les personnes ayant une déficience visuelle » souligne également que, contrairement au terme commun de « malvoyant », la déficience visuelle n’est qu’une des nombreuses autres caractéristiques de la personne.

Le défi, c’est que nous devons nous mettre d’accord sur les termes pour savoir de quoi nous parlons. D’autre part, nous devons également vérifier ces termes encore et encore et les modifier lorsque nous avons de bonnes raisons de le faire ; par exemple, lorsque les gens viennent nous voir et nous disent qu’ils préfèrent d’autres termes.

Quelle est votre opinion sur les termes choisis ? Veuillez nous laisser un commentaire.

Vous trouverez ici de plus amples informations sur l’ICF et les termes mentionnés.

Une conversation sur les visites à domicile SELODY

Nina Arisci était en conversation avec L.H.

L.H. a 30 ans, elle est étudiante en master de psychologie au troisième semestre et a été l’une de nos responsables des visites à domicile SELODY. Dans l’interview, elle donne un aperçu du déroulement de ces visites à domicile, de ses expériences et des leçons qu’elle en a tirées.

Tu as effectué plusieurs visites à domicile pour l’étude SELODY au cours des derniers mois. À quoi ressemblait la préparation d’une telle visite à domicile ?

La première chose à faire était de trouver une date. Ensuite, les deux responsables des visites à domicile ont décidé qui assumerait quel rôle : il y avait une personne plus active qui dirigerait la majorité de la conversation et une personne qui travaillerait davantage en arrière-plan et serait responsable de la technologie. Avant le rendez-vous, nous avons cherché à savoir quel couple nous attendait : quels étaient leurs noms, où ils habitaient, quel âge ils avaient, ce à quoi nous devions faire attention sur place, etc. Le scénario a dû être répété et l’équipement de la caméra a dû être vérifié.

Y avait-il aussi des choses auxquelles vous ne pouviez pas vous préparer ?

Lorsque nous sommes arrivées à l’appartement du couple, les responsables des visites à domicile savaient dans quelle direction la conversation allait se dérouler et quels étaient nos objectifs, mais nous ne pouvions pas prévoir ce que le couple apporterait: à quoi s’attendre dans l’appartement, quelle serait l’ambiance, …? Même si nous n’étions pas présentes et n’écoutions pas pendant les conversations sur les défis de la relation, nous avons eu un aperçu de la vie du couple. Nous ne pouvions pas vraiment nous préparer à cette « proximité ».

Une expérience en particulier est-elle restée dans ta mémoire ?

L’un des couples m’a profondément touché dans leur interaction chaloureuse et respectueuse l’un avec l’autre. Je me souviens encore souvent de la belle et heureuse atmosphère qui régnait dans la maison du couple. 

Parmi les couples que tu as visités, une personne présentait une déficience visuelle. As-tu parfois ajusté ta communication dans les conversations ?

Un peu, oui. Par exemple, j’ai expliqué de quel côté je fixerai le microphone à leur col, que nous allions maintenant quitter la pièce et ainsi de suite. Mais je n’ai pas eu à m’adapter beaucoup.

Y a-t-il des impressions qui ont changé ton attitude à l’égard des déficiences visuelles et auditives ?

Au début, j’ai trouvé étonnant de voir à quel point la personne malvoyante se déplaçait naturellement et délibérément dans l’appartement. Une fois, le partenaire de la personne malvoyante n’a pas pu trouver de chargeur. Son mari a tout de suite pu lui dire exactement où il se trouvait et il avait également raison. C’était vraiment intéressant à regarder.

Je te remercie de répondre à mes questions !